Le Signal

Le Signal, 2018
(Installation comprenant plusieurs œuvres)
Vue d’exposition Sandburgen, feigen + dart, Leipzig 
(Aquarelles sur papier - papier peint - sable - lettre originale)

L’installation Le Signal est une mise en scène narrative s’inspirant librement de l’histoire d’un immeuble de Soulac sur mer. Construit en 1967, à 200 mètres du trait de côte (dans le cadre d’un vaste plan d’aménagement touristique du littoral aquitain supervisé par l’Etat), cet immeuble de quatre étages se trouve aujourd’hui à moins 9 mètres du bord de la dune.En janvier 2014, le sénateur-maire de Soulac a signé un arrêté interdisant l’accès au bâtiment. Depuis l’évacuation, les 68 copropriétaires sont toujours en procédure pour faire valoir leurs droits et ils ignorent s'ils obtiendront satisfaction. L’immeuble se tient toujours face à la mer qui monte, et il est condamné à s’effondrer dans l’océan Atlantique à brève échéance.
Débris d'affaires 2018
(Aquarelle sur papier)
190 * 113.5 cm
Plötzlich, der Sand war da, 2018
(Soudainement, le sable était là)
Installation In-situ (sable)
270 * 786 cm
Morçeaux de verre, 2018
(Aquarelle sur papier)
190 * 113.5 cm
De gauche à droite:
Terrase fermée, 2018
(Aquarelle sur papier)
190 * 113.5 cm
Carreaux de cuisine, 2018
(Aquarelle sur papier)
190 * 113.5 cm

Da durch könnten wir die Nachbarn
hören,2018

(De là, on entendait les voisins)
(Papier peint) 320 * 786 cm
Morçeaux de verre, 2018
(Aquarelle sur papier)
190 * 113.5 cm
  • Lettre d’une ancienne habitante du Signal
    Page 1 sur 5
  • Lettre d’une ancienne habitante du Signal
    Page 2 sur 5
  • Lettre d’une ancienne habitante du Signal
    Page 3 sur 5
  • Lettre d’une ancienne habitante du Signal
    Page 4 sur 5
  • Lettre d’une ancienne habitante du Signal
    Page 5 sur 5
Des châteaux de sables… une images paisible à première vue: Des enfants construisent sur une plage. Mais en y regardant de plus près on s’aperçoit que si l’excitation monte ce n’est pas tant de voir progresser les tours vers le ciel, c’est que la mer s’avance et que l’heure de la destruction et de l’engloutissement approche.
 
Est-ce que les enfants bâtissent pour que leurs édifices résistent ou bâtissent-ils pour que le spectacle de la destruction se produise et soit le plus long possible…